Les principes de base de l’obéissance canine

Portrait d'un chien à l'air sérieux

Les propriétaires de chien ne doivent pas prendre l’obéissance canine à la légère : le dressage fait partie intégrante d’une bonne relation avec le chien et les exercices d’obéissance vous permettront de mieux communiquer avec lui.

Il arrive trop souvent qu’un maître abandonne son chien en refuge parce qu’il ne comprend pas ce qu’il fait et qu’il n’arrive pas à se faire obéir. Le chien qui n’a pas été dressé présente souvent des troubles du comportement ou des habitudes très gênantes : un chien qui aboie tout le temps, un chien qui mâchouille très destructeur, un chien agressif, un chien qui fait ses besoins dans la maison peuvent tous être le résultat d’une absence de dressage ou d’un mauvais dressage.

Ces problèmes peuvent être évités grâce aux exercices d’obéissance canine, qui servent à établir des bases de travail pour le dressage. Ce type d’exercice permet d’intégrer la discipline dans le dressage des chiens, en particulier quand ils ne se comportent pas bien.

Beaucoup de maîtres se demandent s’il ne serait pas mieux de confier tout ou partie du dressage à un professionnel. C’est vrai que faire appel à un dresseur ou prendre des cours ensemble, chien et maître, peut être plus facile. Cependant, apprendre à dresser son chien seul est probablement plus simple que vous ne le pensez.

L’obéissance canine commence tôt

Dans l’idéal, les séances de dressage à l’obéissance commencent quand le chiot a 8 à 10 semaines. C’est pendant cette période que les chiens apprennent le mieux, de plus c’est un âge clef pour influencer le comportement futur de votre animal de compagnie. Il est toujours plus facile de dresser un chiot qu’un chien adulte.

Néanmoins, il est tout à fait possible de dresser un chien plus vieux : il faudra d’abord corriger ses mauvaises habitudes avant de lui enseigner ce que l’on attend de lui.

Le dressage doit commencer en douceur, en particulier avec de jeunes chiots. Au début, partez sur des séances de 5 minutes maximum. Quel que soit son âge, ne faites pas durer les séances plus de 15 minutes : le chien n’arrivera pas à se concentrer sur une durée plus longue. Faites des pauses entre les séances.

Les piliers de l’obéissance canine

Une expérience positive

L’obéissance canine n’a rien à voir avec les punitions ou la sévérité. Au contraire, il n’y a rien de plus stimulant et motivant pour votre chien qu’un cadre amusant et des récompenses à chaque fois qu’il vous obéit. Pour un chien, il n’y a aucune raison, à la base, de vous obéir. Vous devez lui donner envie de le faire grâce à des renforcements positifs : s’il constate qu’il est récompensé par des caresses, des paroles ou de la nourriture quand il vous obéit alors il aura envie d’être un chien très obéissant !

La constance

Il est extrêmement important d’être constant et systématique dans la correction des comportements que vous ne souhaitez pas chez votre chien, dans les règles de vie et dans les ordres auxquels il doit obéir.

Utilisez toujours le même ordre pour une action, dans le cas contraire votre chien sera confus et il risque de ne pas obéir à l’ordre même s’il en a envie. Par exemple : si vous apprenez à votre chien « Pas bouger » pour qu’il reste dans un endroit donné, ne variez jamais avec des ordres comme « Reste là ».

Dès que vous avez décidé des règles que votre chien doit suivre, ne faites jamais d’exception. Par exemple, si le chien n’a pas le droit de monter sur le lit, ne le laissez jamais monter sans le corriger et ne l’invitez jamais à y monter. Si un chien constate qu’une règle est souple, alors ce n’est plus une règle à respecter dans son esprit. Tout votre travail sur l’obéissance du chien est remis en cause par ce type d’exception !

Soyez certain que tous les membres de la famille suivent les mêmes règles pour le chien et qu’ils corrigent tous son comportement quand c’est nécessaire. Dans le cas contraire, votre chien ne sera pas obéissant ou pire, il sera totalement confus et perdu, ce qui provoque des troubles du comportement canin.

Le timing

Le timing est un élément capital de toute éducation canine réussie. Les corrections ou les récompenses ne servent à rien si elles sont données trop tard. Récompensez votre ami à quatre pattes par votre attention ou une petite friandise pour chien à chaque fois qu’il se tient bien ou vous obéit, au moment où le fait. A l’opposé, corrigez ou interrompez immédiatement l’action du chien au moment même où il se comporte mal ou qu’il désobéit.

2 façons de corriger un comportement

Il y a deux approches possibles pour corriger le comportement indésirable d’un chien.

L’approche directe consiste à réprimander immédiatement le chien au moment même où il se tient mal – par exemple, il aboie, il mâche un objet interdit, il mord, il creuse. C’est l’approche la plus évidente et facile à mettre en œuvre car c’est la réaction qui nous vient spontanément.

L’approche « d’endurance » consiste à ne pas donner d’attention au chien tant qu’il se comporte mal et de lui en donner quand il se comporte bien, en utilisant le fait que les chiens sont extrêmement motivés par l’attention qu’ils reçoivent.

Pour le chien, il n’y a pas de mauvais type d’attention, il ne fait pas la différence, contrairement à nous. Donc en lui donnant de l’attention alors qu’il fait quelque chose de malvenu, vous le récompensez. C’est une erreur très commune de beaucoup de maîtres.

Par exemple, donnez-vous plus d’attention à votre chien (en le repoussant, en lui parlant) s’il vous saute dessus, alors que vous n’aimez pas cela ? Pour votre animal, c’est simple, il retient « si je saute sur quelqu’un, je reçois son attention ». Au contraire, un chien qui reçoit l’attention de son maître quand il est sage et obéissant se tiendra bien !

Cadre des séances de dressage

Vous devez être dans le bon état d’esprit pour aborder les exercices d’obéissance canine. Si vous êtes stressé, que vous avez un peu trop bu ou que vous êtes de mauvaise humeur, reportez la séance.

Il est préférable de faire les exercices dans un endroit calme pour aider le chien à se concentrer. Et le moment le plus propice pour entraîner le chien est avant son repas : un chien qui a faim est plus concentré et répondra encore plus positivement aux friandises.

L’obéissance canine est accessible à tous les maîtres. Avec les bonnes informations et quelques bonnes habitudes, vous verrez que cela deviendra naturel et que la relation avec votre chien n’en sera que plus belle. Apprenez tout ce qu’il faut savoir sur l’éducation canine positive et amicale pour en appliquer les principes avec votre chien dès aujourd’hui !

Leave A Response

* Denotes Required Field