Les infos à savoir pour voyager en train avec son chien

Voyager en train avec son chien : les infos à connaître !

La saison estivale est bien entamée et vous avez dû vous poser la question des vacances. Evidemment, la question de votre animal de compagnie est très importante. Laisser aux voisins la charge de votre chien est une solution. Elle n’est pas forcément idéale mais elle fonctionne. De même, le fait de laisser votre animal dans des centres dédiés est une option courante.

Cependant, il ne faut pas croire que voyager avec votre chien est impossible, et cela ne représente pas une charge tant les compagnies ferroviaires sont en général conciliantes. Il y a juste quelques points à savoir à l’avance.

A l’exception d’Eurostar, tous les trains opérant en France vous autorisent à voyager avec jusqu’à deux chiens par personne. Vous devez prendre le ticket pour votre chien au même moment que le votre. Concernant l’Eurostar, à savoir que seuls les chiens guides sont autorisés. Il vous faudra passer par les airs ou la mer pour emmener votre chien avec vous, et penser à tous les papiers nécessaires. Renseignez-vous sur le Pet Travel Scheme à cet égard pour les voyages en Angleterre, qui vaut aussi pour les chiens d’assistance.

Voyager avec un chien de petite taille (moins de 6kg)

Si votre chien a un petit gabarit, il doit voyager dans un sac ou panier n’excédant pas 45 x 35 x 25cm. Vous devez prendre des tickets pour vos animaux au moment où vous prenez le vôtre. Sur les TGV, Intercités et TER le ticket coûte 7€, prix fixe. Il est par ailleurs assez simple d’annuler le ticket : c’est même gratuit jusqu’à la veille du départ. Après cela, une retenue de 0,70 centimes sera prise (10%) si vous annulez le jour même.

A savoir que si votre animal est autorisé à voyager dans un train, en théorie, les passagers du même wagon peuvent s’y opposer. Si un passager vient à se plaindre auprès d’un contrôleur vous pouvez être amené à descendre du train (au pire) ou de changer de wagon (au mieux). Il vaut mieux donc faire en sorte que votre chien se tienne bien. Une muselière peut donc faire sens, même si elle pourrait paraître ridicule pour un petit chien. Cependant, un chien bien dressé doit bien se comporter dans un train, sans soucis.

Montrez aux gens que votre animal est bien éduqué et qu’il ne posera pas de problèmes. On ne sait jamais. Certaines personnes ont peur, ou sont très peu tolérantes. Même si leur peur ou haine à l’égard de votre animal vous paraît démesurée, n’oubliez pas qu’ils ont le droit de veto sur son voyage, donc faites au mieux pour rassurer vos voisins.

Voyager avec un chien imposant (plus de 6kg)

Voyager avec un animal de plus de 6kg n’est pas beaucoup plus contraignant, mais c’est plus cher. Laisse et muselière sont obligatoires, quand bien même le chien est extrêmement bien éduqué. Par contre, la SNCF considère que l’animal prend une place conséquente, vous devrez donc acheter un ticket qui coûtera 50% du tarif deuxième classe au moment de la réservation. Sur certains TGV cela peut vite revenir cher, donc réserver au plus tôt si vous prévoyez un voyage avec votre chien. Au pire, vous pouvez facilement échanger ou annuler ce ticket.

Pour le reste, les mêmes dispositions s’appliquent quant à vos voisins et co-passagers. Encore une fois, c’est l’occasion de montrer aux autres voyageurs qui votre chien est très bien dressé et qu’il ne dérangera personne.

Quelques ressources pour s’informer

Afin d’écrire cet article, quelques sites ont été très utiles. La page train du site GoEuro est assez bien faite, avec les informations de voyage train par train. Le tableau est clair et permet de s’y retrouver assez facilement. Le Guide du Clébard fait par le routard est aussi assez complet. Evidemment la page de la SNCF est utile. Pour les trajets hors de France, les régulations sont bien souvent similaires, vous ne prenez donc pas trop de risques à dépasser les frontières. Renseignez-vous sur les sites de transporteurs, souvent traduit en français ou anglais avant de partir.

1 Comment

  • cheikh diop

    Reply Reply 4 décembre 2016

    Beaucoup me pose la question quels sont les méthodes efficaces pour que mon chien obéit à mes règles ?
    Il existe plusieurs types d’éducation : stricte, laxiste et, entre les deux, un mélange de souplesse et de fermeté. L’éducation est fonction du caractère du maître (un caractère autoritaire sera tenté par une éducation stricte), de son mode de vie (maison ou appartement, par exemple), de l’entourage (présence d’enfants ou non), du caractère de la race (certaines sont obéissantes par nature) et du caractère personnel du chiot. Quoi qu’il en soit, le dressage du chien est une étape essentielle.
    La disponibilité :
    Un des points essentiels de l’éducation familiale est qu’elle peut se faire à tout moment de la journée… ou presque ! En effet, il faut que l’animal soit « disponible ». Il faut qu’il soit réceptif aux informations que vous allez lui donner. Si vous décidez par exemple de le sortir pour lui apprendre la marche en laisse, n’interrompez surtout pas sa sieste.
    Il faut que vous le sentiez « ouvert », à l’aise. Rappelons que c’est le cas d’un chien qui porte la tête haute, les oreilles dressées, la queue horizontale et qui est content d’apprendre quelque chose de vous. Si votre animal est en position de soumission, s’il « fait la tête », reportez de quelques instants la « leçon » ou remettez-le en confiance.
    La constance
    Seconde règle essentielle à rappeler : commencer l’éducation tout de suite. Les maîtres ont souvent peur d’embêter leur chiot dès les premiers jours, laissant alors l’animal faire ce qu’il veut. Puis, décidant que le jour J est arrivé, ils changent de comportement et posent toutes sortes d’interdictions. Le chien est perdu et ne comprend pas cette nouvelle situation. L’éducation doit débuter le jour de l’acquisition de l’animal. La première notion fondamentale est celle des points de repère du chien.

    [Reply]

Leave A Response

* Denotes Required Field